MARIO KART DS (Nintendo DS)

Aller en bas

MARIO KART DS (Nintendo DS)

Message  Mario&Sonic (Admin) le Mar 6 Jan - 20:04

Ladies and gentlemen, ressortez votre costume de Yoshi ou de Peach du placard, faites chauffer le moteur et affutez vos carapaces ! Voici venir le second opus miniature du légendaire Mario Kart. Après Mario Kart Super Circuit sur GBA, c’est la petite dernière de Nintendo, la DS, qui a l’honneur d’accueillir Mario et sa clique, dans un opus regroupant le meilleur des épisodes précédents.




L'écran du bas s'avère fort utile.


Un bruit de moteur immédiatement reconnaissable, un cri de joie à l’accent italien qui l’est tout autant : voilà ce que vous entendrez en allumant la première votre DS. A n’en point douter, l’équipe de Nintendo dispose d’un savoir faire acquis au fil des années dans l’élaboration d’un épisode de Mario Kart. Pour cette nouvelle version portable, la team de Kyoto s’est violement retroussée les manches et a largement jeté un œil sur le passé, tout en gardant l’autre tourné vers l’avenir.


Dès le menu principal, le choix « Wi-Fi » saute aux yeux. Oui ! Les pilotes du dimanche du monde entier vont enfin pouvoir s’affronter, sans avoir à bouger de leur salon/chambre/bureau. Mais nous y reviendrons plus loin…


Ne serait-ce que dans le menu « un joueur », le choix devient conséquent : outre les classiques « Grand prix », « Contre la montre », « VS » ou « Bataille », un mode « Missions » fait son apparition. Divisé en six niveaux, eux même découpés en neuf stages, ces petites épreuves vous demanderont de remplir différents objectifs, plus ou moins simples : passer cinq portes dans l’ordre, collecter dix pièces, affronter un boss, effectuer six dérapages, etc… Le tout, bien évidemment, avant la fin du temps imparti.


Si ce mode « Missions » s’avère des plus sympathiques, le gros morceau du mode solo reste le classique Grand Prix. Dire que nous avons affaire à un gros morceau semble en tout cas la bonne formule, car pour arriver à boucler les huit coupes, en 50cc, 100cc, 150cc et 150cc miroir, il faudra écumer longuement le bitume. Première nouveauté : le choix du pilote n’est plus le seul et unique paramètre à prendre en compte. Si on retrouve le casting classique de la série (avec quelques petits nouveaux à débloquer), le choix du véhicule est désormais primordial. Régi par différents paramètres (vitesse, accélération, dérapages, objets, etc…), il devient alors crucial de bien choisir son kart, la conduite s’en retrouvant fortement modifiée. Anodine en apparence, cette ajout apporte beaucoup au final et permet de varier réellement le style de conduite à adopter.



Après ces quelques choix, il est temps d’entrer dans le feu de l’action. Comme dit plus haut, huit coupes sont proposées (dont la moitié à débloquer), mélangeant allégrement « vieux » et « neuf ». Si le grand prix Nitro propose seize circuits entièrement inédits et de qualité, le Grand Prix Retro revient sur les anciennes gloires de la série en proposant seize courses issues de la Super Nintendo, la GBA, la N64 et même la Gamecube. Loin de donner l’illusion d’un recyclage facile, ces courses prouvent le savoir faire de Nintendo dans le domaine et c’est avec joie que l’on affronte la clique de Mario sur Mario Circuit 1, Château de Bowser 2, ou encore Plage Koopa 2. 32 circuits au total : du jamais vu dans un Mario Kart en somme.


D’autant plus que le hardware de la DS est parfaitement exploité et la plupart des pistes offrent détails et couleurs impressionnantes, couplés à une fluidité sans faille. On ne peut donc que saluer ce qui s’avère un des titres en 3D les plus impressionnants de la machine. Mais n’oublions pas non plus ce qui rend la DS unique : la présence d’un double écran tactile.


Cependant, ceux qui ont déjà le stylet à la main peuvent ranger leur instrument : Mario Kart DS se joue « à l’ancienne », soit avec cette bonne vieille croix directionnelle. Tout au plus le pouce vous servira de temps en temps pour switcher d’une vue du dessus du circuit globale à une vue rapprochée, l’action principale se déroulant dans l’écran du haut.


Cette vue rapprochée évoquée plus haut s’avère d’ailleurs fort pratique et redéfinit un peu plus notre manière de jouer. Un exemple : me voilà en tête de course, prêt à rafler la médaille d’or. Seulement voilà, en jetant un œil sur l’écran du bas, j’aperçois un adversaire se rapprochant dangereusement, prêt à me ravir ma place sur le podium. Tranquillement, je le laisse s’approcher un maximum, attendant qu’il s’aligne parfaitement derrière mon kart. Une fois sa position vérifiée sur l’écran du bas, il ne me reste plus qu’à larguer la peau de banane que je gardais précieusement « au cas où ».


Bref, vous l’aurez compris, l’apport du double écran est primordial dans la manière de lutter contre l’adversaire et permet encore plus de fourberie qu’auparavant. Enjoy ! cheers



D’un point de vue prise en main, cet opus s’avère donc parfaitement dosé. On retrouve un pilotage arcade, mais technique quand même, avec ses dérapages à maitriser et ses micro-sauts à utiliser avec parcimonie. Bref, l’alchimie Mario Kart est plus que jamais présente. Tout un tas de sensations inédites se mélangent harmonieusement avec le feeling d’autrefois.


Abordons désormais l’aspect multijoueurs, qui a toujours été une composante essentielle de la série. Qui dit DS dit connexion Wi-Fi, donc affrontement sans fil et en ligne. Jusqu’à huit joueurs peuvent concourir en réseau local, le tout avec une seule cartouche (bien que le choix de pilotes et de circuits soit limité dans ce cas). La qualité de la connexion s’avère impeccable et les courses ne souffrent d’aucun lag ou déconnexion intempestives. Bref, le bonheur d’affronter sept autres « joueurs humains » reste irremplaçable. Que peut-on trouver de mieux que quelque courses du genre pour créer une atmosphère conviviale et électrique. Certes, les insultes fusent, mais toujours dans la bonne humeur.


Mais LA nouveauté de cet épisode DS est l’apparition d’un mode Online, permettant à quatre joueurs de s’affronter à distance. Se mesurer à un Japonais, un Américain et une Suédoise devient possible et ce, sans avoir à passer une semaine au Club Med ! Globalement, cette nouveauté est bien implémentée et l’on aura aucun mal à trouver un adversaire, quelle que soit l’heure. Bien sûr, l’absence de communication rend l’ensemble plus « froid » que lors de match en local. La sélection des adversaires souffre parfois d’un certain déséquilibre : alors que titre est censé vous mettre face à des opposants bénéficiant plus ou moins du même ratio victoires/défaites, il arrive souvent de se retrouver devant un « RoXxoR WaLuIgI » affichant 170 victoires pour deux défaites. Ce n’est qu’un exemple bien entendu, mais dans ce cas là, la déculottée est sévère…


Mais peu importe, l’apport de ce mode Online est tel que la durée de vie de Mario Kart DS s’en retrouve allongée quasiment à l’infini, ce qui est déjà un exploit en soi.



NOTE

20/20

(ou 19 si on compte la difficulté des modes 150 cc et 150 cc miroir, en mode "grand prix")
avatar
Mario&Sonic (Admin)
Admin

Messages : 44
Date d'inscription : 06/01/2009
Age : 31
Localisation : Devant mon écran

Voir le profil de l'utilisateur http://mario-sonic.kanak.fr

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum