Mario Party, Mario Party 2, Mario Party 3, Mario Party 4, Mario Party 5, Mario Party 6, Mario Party 7, Mario Party 8, Mario Party Advance, Mario Party DS. (N64, GC, WII, GBA, DS)

Aller en bas

Mario Party, Mario Party 2, Mario Party 3, Mario Party 4, Mario Party 5, Mario Party 6, Mario Party 7, Mario Party 8, Mario Party Advance, Mario Party DS. (N64, GC, WII, GBA, DS)

Message  Mario&Sonic (Admin) le Mar 6 Jan - 20:22

MARIO PARTY


Mario s'invente un nouveau genre, et c'est celui du party game qui arrive sur Nintendo 64. Mario aime les aventures seul, mais à plusieurs c'est dix fois mieux. Mario Party permet d'affronter 3 autres joueurs (IA ou amis) dans différents environnements avec énormément de mini-jeux.

15







Mario Party 2,


64 mini-jeux sont présents dans ce deuxième opus de Mario Party sur Nintendo 64. Cinq nouveaux tableaux permettent de variés l'expérience de jeu et d'obtenir la victoire. Seul ou jusqu'à 4, Mario Party reste un jeu délirant et correspondant bien à la N64.

17




Mario Party 3


Mario Party continue ses matchs sur Nintendo 64. Pour ce troisième épisode, pas moins de 70 mini-jeux sont disponibles. Seul ou à 4, le plombier moustachu n'a pas fini de s'amuser dans des environnements divers.

17



Mario Party 4


Quatrième épisode du célèbre jeu de société de Nintendo. De nouveaux mini-jeux sont attendus ainsi que de nouveaux plateaux pour toujours plus de fun. Un titre qui trouve quasiment tout son intérêt à plusieurs comme pour les précédents épisodes.

17




Mario Party 5


Plus rapide, plus dynamique, Mario Party revient dans un cinquième épisode qui s'améliore dans tous les domaines. On y retrouve ainsi de nombreux modes annexes qui démultiplient le fun à plusieurs. L'un des plus grands titres multijoueurs de la console.

17


Mario Party 6


Sixième volet du célèbre jeu de plateau de Nintendo. Avec Mario Party 6, on retrouve des tonnes de mini-jeux, de nouveaux plateaux et une nouveauté : le micro. Avec ce dernier, il est alors possible de donner des ordres à votre personnage afin de mener à bien quelques-uns des mini-jeux utilisant cet accessoire.

17


Mario Party 7


Mario Party revient dans un septième volet. Au menu, de nouveaux plateaux de jeu, des mini-jeux inédits dans ce titre convivial qui reprend tous les ingrédients dans précédents épisodes.

14


Mario Party 8



A ma gauche : Mario Party, précurseur des party-games multijoueur et roi incontesté du genre. A ma droite : la Wii. Jeune et novatrice autoproclamée, petite première dans la course aux consoles accueillant le maximum de jeux familiaux. Une rencontre attendue avec grande impatience. Les deux challengers réussiront-ils à relever le défi ?

C’est reparty pour un 8ème tour

Cette série date de la 64, à quand un réel renouveau ?



En règle générale vous vous attendez maintenant à prendre connaissance du contexte du jeu, de son histoire. Mais là il s’agit de Mario Party et comme nous tenons à vous éviter les « Bienvenue au carnaval, oh mais suspens ? Qui sera la superstar cette année ? » nous ne nous attarderons pas là-dessus. Mario Party est donc, comme son nom et sa réputation l’indiquent, un party-game. C'est-à-dire que le principe du jeu repose principalement sur les mini-jeux. On rencontrera ces derniers le long d’un plateau semblable à un bon vieux jeu de l’oie.


Il va sans dire que le principal intérêt du titre ne serait-ce que dans son principe repose majoritairement sur le multijoueur. Pour ce 8ème opus on retrouve les mêmes modes de jeux couplé aux menus et à l’ambiance de la série kitsch à souhait, le tout présenté par un personnage atrocement ridicule. Plusieurs choix s’offrent à nous pour finalement proposer la même chose. Le « Chapiteau de la fête » est le principal intéressé. Ici le gameplay est le même que dans les 7 précédents opus.


Chaque joueur choisit un personnage pour le représenter (de Mario à Yoshi en passant par Boo et Birdo ce n’est pas le choix de mascotte siglée Nintendo qui manque) suivi du choix du plateau. Sachant que ces derniers comportent tous certaines particularités qu’il faudra prendre en compte afin d’espérer gagner. Le but lui aussi n’a pas changé : amasser des pièces pour atteindre et acheter la précieuse étoile. Le gagnant étant celui qui possède le maximum d’étoiles à la fin de la partie.


La partie se déroule au tour par tour. Chaque fin de tour se traduit par un mini-jeu, un peu péniblement attendu depuis le début du tour. Si les mini-jeux sont pour la plupart d’entre eux amusants, les tours eux s’avèrent particulièrement longs. Un défaut contesté depuis le tout premier Mario Party et qui n’a malheureusement toujours pas évolué. Le rythme est après toutes ces années, toujours aussi lent. Regarder chaque personnage jouer, les dialogues, les petites animations avant les mini-jeux etc. autant d’éléments qui rendent le jeu plat et non dynamique. Si à plusieurs ce défaut est légèrement gommé par l’amusement que procurent les mini-jeux, en solo c’est une toute autre histoire.


Les mini-jeux prennent tout leur sens avec 4 joueurs réels. Tous plus loufoques les uns que les autres, on sent malgré tout que Nintendo commence à s’essouffler dans le concept des minis-jeux. Ici ils auraient pu s’en donner à cœur joie avec la wiimote mais finalement les jeux s’avèrent un peu « bateaux » par rapport à ce dont on était habitué. La maniabilité est d’ailleurs la plupart du temps plutôt imprécise et gêne au confort en jeu. Malgré tout force est de constater que le fun à quatre est toujours bien présent. Secouage de wiimote et fous rires conséquents garantis. Il est aussi important de noter que les filles partent avec un handicap certain en comparaison des garçons dans certains mini-jeux qui consistent à secouer vigoureusement la wiimote...

Ne me quittez pas…

Coopération est le mot d'ordre ici



Sur cette note plutôt solitaire il est temps de mentionner le talon d’Achille de la série : à savoir le mode solo. Si cet opus tente de l’agrémenter avec un nouveau mode solo ce n’est qu’un coup d’épée dans l’eau. Il faut juste être le premier à obtenir un certain nombre d’étoiles, les mini-jeux ne se lancent que si l’un des deux participants tombe sur une case duel. En somme les développeurs enlèvent le seul intérêt du titre alors qu’il est déjà sérieusement amoché. Les ordis en difficulté normale sont toujours aussi bébêtes à notre grand désarroi. D’où l’importance de jouer à quatre. Même à deux ou trois Mario Party s’avère tout de suite bien moins amusant. Pour dire les choses clairement : les asociales passez votre chemin.


D’autant que le titre ne propose pas, voire aucun « à-côté ». Sorti du mode de base et du mode solo on nous propose de jouer aux mini-jeux qu’on à débloquer, à d’autres « extras » dans lesquels on pourra choisir de jouer avec notre Mii ou de dépenser les cartes carnavals qu’on aura gagnées à la fin d’une partie. Autant de bonus tous plus inutiles les uns que les autres. Les mini-jeux extras nous permettront par exemple de jouer au bowling, sachant que le bowling disponible dans wii sports propose un gameplay bien plus intéressant. Les cartes carnavals nous permettent d’acheter les musiques du jeu (tout sauf ça) ou d’acheter des figurines qu’on pourra faire défilé dans un petit théâtre (notre rêve vidéo-ludique à tous).

Enfin le soft est loin d’offrir un grand spectacle visuel. C’est même plutôt le contraire. Graphiquement c’est juste laid et vide. Coloré certes mais laid. De plus deux bandes verticales viennent systématiquement parer les deux bords de l’écran sur une télé 16/9ème. Et un titre next-gen qui ne gère pas le 16/9ème, tout est dit.



Le 8ème opus de Mario Party était peut-être l’épisode de trop. La série célèbre pour son multijoueur tordant s’essouffle ici. Attendu au tournant sur la Wii il n’a pas réussi pour autant à innover suffisamment ni à nous convaincre. La wiimote n’est pas mise à l’honneur et la maniabilité laisse souvent à désirer. Si vous voulez jouer seul, passez votre chemin, si vous cherchez absolument à jouer avec vos amis ce titre devrait répondre à vos attentes, tout en sachant que Rayman contre les lapins crétins propose des mini-jeux souvent plus amusants.
NOTE
11
Note lecteurs : 17.9/20
Autres sites : 13/20
LES +
- Amusant à quatre joueurs
- Des mini-jeux assez nombreux
LES -
- Visuellement moche
- Un rythme peu dynamique
- Sans aucun intérêt en solo
- Des mini-jeux pas très originaux et moyennement maniables



Mario Party Advance


Mario Party débarque en version portable. Cette fois vous partirez à l'aventure en solo.
Browser a éparpillé les mini-jeux et les Katatrucs aux quatre coins de Champiville... Vous devez intervenir dans Mario Party.
Jouez aux mini-jeux et Katatrucs obtenus à Champiville et affontez vos amis. Vous pouvez également vous connecter pour partager vos mini-jeux et Katatrucs avec eux.


Mario Party DS



Alors que sa sortie au pays du soleil levant a entraîné mouvements de foules, cris stridents et ventes records (y compris pour la DS), Mario Party voit enfin le jour sur la console portable de Nintendo. Boostée par la sortie manquée sur Wii et par un engouement populaire pour les « party game », la série, qui avait perdu de sa superbe sur les derniers opus, est très attendue sur le vieux continent.

La fête au format poche

Mais pourquoi Bowser est-il si méchant ?



9 ans. Cela va bientôt faire 9 ans que les potes de Mario se dépouillent pour attraper un max d’étoiles, le plus souvent pour affronter un Bowser toujours aussi tyrannique. Vous me direz, qu’est-ce qui a changé en pratiquement une décennie, l’évolution des machines mise à part. Malheureusement, pas grand-chose. Si 42% des tortues sont aujourd’hui en voie d’extinction, notre bestiole à carapace dardée d’épines continue de passer son temps à titiller les camarades de notre plombier préféré. Alors quoi, il n’a rien d’autre à faire ? Evidemment que non, il s’agit d’un méchant de jeux vidéos enfin, suivez un peu. Bref, notre abominable testudine à piques a transformé nos 8 compères (Mario, Luigi, Wario, Waluigi, Toad, Yoshi, Peach et Daisy) en lilliputiens grâce à son Minigrigri, après leur avoir volé le Crystal Céleste. Voilà notre folle mini-troupe partie pour une nouvelle mission. Cinq niveaux se présentent à vous, humble héros : le Jardin de Wiggler, la Salle de musique de Toadette, la Statue de pierre de DK, l’Etude de Kamek et enfin le Château de Bowser. La trame est posée, place au jeu. Et une fois n’est pas coutume, c’est là que le bât blesse. On espère un peu de nouveau, un brin d’excitation pour quelque chose qui nous surprendrait, mais en vain. Pas de grande nouveauté. Le joueur lance toujours les dés pour se déplacer sur un plateau, parsemé d’embuches que l’on reconnaît rapidement : les cases simples qui vous font perdre ou gagner des pièces, les étoiles réparties aléatoirement sur la surface de jeu, le magasin à bonus, les cases mystères…


Vive les mini-jeux

Le double écran parfaitement exploité



A la fin de chaque tour, que vous soyez en mode solo ou à plusieurs, vous affronterez vos adversaires à travers les mini-jeux. Le voici notre point plus que positif ! Des dizaines et des dizaines de jeux (70 en fait) qui vous prendront moins d’une minute chacun, mais vous procureront un plaisir incomparable au jeu de plateau en lui-même. Parce que ne nous voilons pas la face, ce qui fait que Mario Party a toujours plus ou moins trouvé son public réside davantage dans ces mini-jeux que dans l’opus dans son ensemble. Ces petites parenthèses vidéoludiques ont été parfaitement étudiées et adaptées pour la DS : tour à tour, le stylet, le microphone (vous devrez arrêter de fumer pour être parfaitement compétitif dans certaines phases de jeu…) et les flèches multidirectionnelles sont mises à contributions, ainsi que votre acuité visuelle, vos réflexes, votre intuition sans oublier une certaine part de chance. Vous adorerez éteindre une mèche à tour de rôle, souffler des bougies ou encore grimper le long des parois d’un volcan en pleine ébullition. Tous aussi loufoques les uns que les autres, et jouissifs au plus haut point. Un gameplay plus que bien pensé donc, qui fera passer les adeptes du jeu dans les transports en communs pour de grands malades. Il faut également saluer l’optimisation d’utilisation du double écran par les développeurs nippons. L’action se déroule majoritairement sur l’écran du bas, celui du haut permettant de se repérer, ce qui n’est pas un luxe au vu de la complexité de chaque plateau. Graphiquement, pas de grande surprise non plus. Le résultat du jeu développé par Big N est quelque peu frustrant. Les couleurs, les mouvements et les personnages sont relativement bien modélisés, mais cela reste un opus de DS, donc assez limité pour ce qui est du visuel. D’autant plus que certains mini-jeux ressortent plus à leur avantage que d’autres, ce qui laisse sceptique quant à la réalisation. Un point positif tout de même pour les « cinématiques », particulièrement fluides et agréables à l’œil.

Inspirez, soufflez, pointez le stylet

A vos marques, prêts, soufflez !



Les nombreux modes proposés au départ, combinés aux autres possibilités à débloquer au fur et à mesure de votre progression devraient vous retenir pour une bonne dizaine d’heure. Notamment le mode Mini-jeux, qui propose une « course », une coupe, une sorte de championnat, les boss à affronter ou encore Fous de la fusée, énième variante sans intérêt. Le mode Fête vous permettra de vous affronter entre amis ou contre l’ordinateur sur le plateau de votre choix. Un petit plus qui devrait ravir plus d’un fan de Tetris : le mode Puzzle, qui propose 5 variantes du plus célèbre jeu de briques, le tout plongé dans l’univers de notre déboucheur de tuyaux transalpin. Alors certes le contenu ainsi énuméré peut paraître pharaonique, mais la lassitude ne tarde jamais à pointer le bout de son nez. Car ne vous méprenez pas, l’essentiel de ce jeu réside, comme son nom l’indique, dans les parties à plusieurs que vous vous lancerez, vidéoludiquement j’entends. Le téléchargement DS offre la possibilité de jouer jusqu’à 4 avec une seule cartouche de jeu, et ce en un rien de temps. La mauvaise nouvelle, c’est que Mario Party DS ne prend pas en charge la connexion CWF. Et pourtant, s’il y a bien un titre qui s’y prêterait bien, c’est bien ce MPDS ! Dans les petits moins de cette adaptation sur DS, on peut ajouter la bande-son, on ne peut plus bateau. Seuls les cris de joie des participants vous arracheront un sourire lors de leurs victoires.




Le défi de réaliser un party game sur une console portable était de taille, Nintendo s’est retroussé les manches et l’a relevé. Avec un certain succès, offrant quelques parties endiablées aux amateurs du genre, mais laissant un léger sentiment de frustration concernant son mode solo. Le manque d’évolution de la série est donc en partie camouflé par le plaisir qui s’en dégage, et sa facilité d’accès. A vos stylets !

NOTE
14
Note lecteurs : 17.0/20
Autres sites : 14/20
LES +
- Les bonus à débloquer
- Les pléthoriques possibilités de jeu
- Prise en main immédiate
- Toujours aussi jouissif en mode multijoueurs…
LES -
- … mais toujours aussi pauvre en mode solo
- Bande-son à revoir
- Modélisation tout juste digne de la DS
avatar
Mario&Sonic (Admin)
Admin

Messages : 44
Date d'inscription : 06/01/2009
Age : 31
Localisation : Devant mon écran

Voir le profil de l'utilisateur http://mario-sonic.kanak.fr

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum